AA

Photothérapie dynamique (PDT) :


À quoi sert un traitement par Photothérapie Dynamique (PDT) ?

La Photothérapie Dynamique PDT a pour objectif de scléroser les vaisseaux mal formés situées sous la rétine en cas de Dégénérescence Maculaire liée à l’Age (DMLA). Le traitement est réalisé en injectant un produit de contraste Vertéporfine (Visudyne) dans la veine du bras, ce produit va circuler jusqu’aux vaisseaux rétiniens. Un laser de basse puissance est ensuite appliqué sur le fond d’œil pour obtenir une photosensibilisation du produit dans les vaisseaux afin d’obtenir une sclérose du vaisseau sans bruler la rétine.

Le traitement par PDT est passé au second plan depuis l’utilisation des injections intra-vitréennes, mais quelques indications persistent notamment en cas de dégénérescence polypoïdale ou dans certains cas de ChorioRétinopathie Séreuse Centrale (CRSC).

Ce qu’il faut savoir et faire avant un traitement par Photothérapie Dynamique (PDT)

L’examen nécessite une dilatation des pupilles, responsable d’une gêne en vision de près et un éblouissement (photophobie) pendant 2 à 3 heures. La conduite d’un véhicule est alors contre-indiquée et, il est recommandé de repartir accompagné, ou en transport en commun.

Les allergies à ce produit sont rares mais devront être signalées au médecin ainsi que tout terrain allergique général (alimentaire, médicamenteux). Une pré-médication anti-allergique pourra être prescrite pour prévenir ou limiter les risques.

Le traitement est contrindiqué en cas de porphyrie ou d’insuffisance hépatique sévère.

Avant la réalisation de l’examen un formulaire d’information est remis au patient, puis recueilli après signature.

Le déroulement du traitement par Photothérapie Dynamique (PDT)

À l’arrivée, les pupilles sont dilatées avec un collyre mydriatique. La dilatation peut gêner la vision, essentiellement de près, de manière transitoire (2 à 3h).
Une fois les pupilles dilatées, des photographies du fond d’œil sont réalisées avant injection de produit de contraste dans un premier temps.

Le produit actif (Visudyne) est ensuite injecté par perfusion intraveineuse pendant 10 minutes (le plus souvent au niveau du pli du coude) par une infirmière diplômée d’état.

5 minutes après la fin de la perfusion le traitement par laser est mis en œuvre en position assise.

Des réactions d’intolérance imprévisibles ou des incidents lors de l’injection locale sont possibles avec notamment dans quelques cas des douleurs lombaires spontanément résolutives.

L’intolérance au produit de contraste peut aussi se traduire par des réactions plus graves, de type allergique, heureusement très rares. Ce type de réaction est plus fréquent chez les patients :

  • présentant un terrain allergique (antécédent d’eczéma, urticaire, asthme) ou des antécédents d’allergie à des aliments ou à des médicaments
  • ayant déjà eu une injection mal tolérée, lors d’un précédent traitement

Les suites de l’examen

Du fait de la dilatation pupillaire il faut prévoir une gêne à la vision de près et un éblouissement pendant 2 à 3 heures après l’examen. De ce fait, il n’est pas possible de repartir en conduisant un véhicule. Le retour peut se faire accompagné ou seul en transport en communs.
Après le traitement il est nécessaire de protéger les yeux par des lunettes filtrantes pendant 48 heures, pour éviter une majoration de l’effet photodynamisant par la lumière du jour.

En cas d’urgence, vous pourrez repartir avec les clichés et le compte rendu.

L’équipe est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.