Injection Intra Vitréenne (IVT) :


A quoi sert une IVT ?

L’injection intra-vitréenne permet d’administrer une substance médicamenteuse à l’intérieur de l’œil (dans le corps vitré). L’avantage est de permettre une action très efficace, grâce à une forte concentration du produit dans l’œil, en limitant les effets secondaires généraux et les interactions médicamenteuses.

Les principales pathologies traitées par IVT sont la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) humide, les œdèmes maculaires diabétiques, les oedèmes secondaires aux occlusions veineuses rétiniennes ou d’origine inflammatoire et toutes les causes de néovascularisations choroïdiennes (myopie forte, inflammation, stries angioïdes, idiopathique…).

Ce qu’il faut savoir et faire avant une IVT

Comme pour tout geste chirurgical et malgré toutes les précautions rigoureuses prises pour les limiter, l’IVT peut présenter des risques.

 

La complication la plus fréquente est l’hémorragie sous-conjonctivale : la surface de l’œil devient rouge lié à un saignement superficiel au niveau du point de pénétration de l’aiguille. Cette complication est sans gravité et l’hémorragie se résorbera spontanément et complètement en 5 à 10 jours. Elle est plus fréquente chez les personnes traitées par anti-coagulants ou anti-agrégants plaquettaires.

 

Des complications graves peuvent survenir : infection intra-oculaire, hémorragie intra-vitréenne, hypertonie oculaire, décollement de rétine, cataracte. Elles sont très rares mais peuvent exceptionnellement entraîner une perte de la vision. Certaines situations, telle que l’infection, peuvent nécessiter une prise en charge en urgence avec hospitalisation.

 

Afin de limiter les risques infectieux, il est impératif de ne pas se maquiller les yeux le jour de l’IVT et jusqu’au lendemain.

Les lentilles de contact ne doivent pas être portées le jour de l’injection et jusqu’à 3 jours après.

 

Fiche SFO – Injection intravitreenne

Le déroulement d’une IVT

L’IVT se déroule dans une salle d’intervention dédiée, répondant à des normes strictes d’hygiène.

Des collyres anesthésiants sont instillés dans l’œil à traiter afin de l’insensibiliser.

Le patient revêt une blouse et une charlotte sur la tête.

L’injection se déroule allongée ou en position demi-assise.

La surface de l’œil et la peau autour de l’œil doivent être scrupuleusement désinfectées avec un antiseptique spécifique afin d’éviter toute infection.

Un champ opératoire stérile est positionné sur le visage, autour de l’œil à traiter.

Pour maintenir l’œil ouvert, un instrument stérile est placé au niveau des paupières (blépharostat).

L’injection est réalisée à l’aide d’une aiguille très fine au niveau de la sclère (le blanc de l’œil).

La durée de l’injection est très brève, quelques secondes.

Un rinçage abondant au sérum physiologique est réalisé immédiatement après l’injection afin d’éliminer le produit antiseptique et limiter les brûlures et picotements oculaires.

Les suites de l'examen

Il n’est pas nécessaire de couvrir l’œil après l’injection.

Dans la grande majorité des cas, l’œil traité est indolore après l’injection.

Un traitement local par larmes artificielles est prescrit pendant 24-48h.

Il est possible de ressentir une sensation de grains de sable, de brûlure avec larmoiement dans les 24 heures qui suivent l’injection. Cet inconfort est secondaire au produit antiseptique et peut être limité par l’instillation de larmes artificielles.

La visualisation de tâches noires, arrondies et mobiles, habituellement dans le bas du champ visuel, peut survenir après l’injection. Elles correspondent à la présence du produit dans le vitré. Elles se résorbent habituellement en quelques heures ou quelques jours.

 

Afin de limiter les risques d’infection, il est recommandé d’éviter toute projection d’eau sur le visage, ainsi que les bains en piscine ou à la mer, pendant les 48h qui suivent l’IVT.

En cas d’apparition de douleurs oculaires, d’une baisse visuelle ou d’une rougeur oculaire dans les heures ou jours suivant une IVT, contactez votre ophtalmologiste sans attendre, ou bien les urgences ophtalmologiques, afin de ne pas retarder une éventuelle prise en charge.

La conduite automobile est déconseillée dans les heures qui suivent l’IVT. Il est préférable d’être accompagné ou de se déplacer en transports en commun.

Il n’y a pas de contre-indication à voyager en avion dans les suites d’une IVT.

Plusieurs IVT peuvent être nécessaires. Le rythme des injections sera déterminé par votre ophtalmologiste. L’efficacité du traitement sera également évaluée ultérieurement de façon adaptée à la pathologie traitée.

Centre(s) où peut être fait cet examen :